Cellulite : Tout ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 19 mai

9 femmes sur 10 en sont (ou seront) porteuses, contre un homme sur 50. Elle est l’objet de tous les complexes et nous vaut des heures de lutte acharnée. Elle touche autant les minces que les rondes. De quoi s’agit-il ? De la cellulite, bien entendu !


Qu’est-ce-que la cellulite ?

La cellulite, ou lipodystrophie superficielle, est la conséquence d’une accumulation anormale de graisse, d’eau et de toxines au niveau des couches inférieures de la peau. Elle donne à la peau une apparence bosselée, communément appelée peau d’orange.

L’hypoderme, la couche la plus inférieure de la peau, se compose entre autres de cellules adipeuses, en charge du stockage des lipides (la lipogenèse). Ces lobules, appelées adipocytes, vont, au gré des besoins du corps, stocker ou libérer des graisses. Lorsque la balance énergétique est déséquilibrée, c’est-à-dire lorsque l’entrée d’énergie (par l’alimentation) est plus importante que les sorties d’énergie (par le sport, la dépense physique, l’activité cérébrale, le sommeil, l’hypothermie…), les adipocytes s’hypertrophient. Aussi, l’hypoderme va s’épaissir et se déformer. Quant aux vaisseaux sanguins et lymphatiques, ils vont être comprimés – la compression enraillant le bon drainage de l’eau et des toxines. Le résultat apparaît au niveau de l’épiderme, plus ou moins visiblement. Il s’agit de la cellulite.

Hommes et femmes sont inégaux face à la cellulite. Les raisons sont multiples :

  • La masse graisseuse est plus importante chez les femmes que chez les hommes – 25-30% chez les femmes contre 15-20% chez les hommes. La raison est purement physiologique : les femmes sont « conçues » pour enfanter et allaiter.

  • Le nombre d’adipocytes est plus conséquent chez les femmes que chez les hommes.

  • La structure des adipocytes est également différente. Chez les femmes, les adipocytes sont perpendiculaires à la surface cutanée. Aussi, s’ils grossissent, ils auront tendance à « pousser » le derme. Chez les hommes, les adipocytes sont obliques par rapport à la surface de la peau.

  • La localisation des adipocytes varie. Chez les femmes, les lobules adipeux se concentrent essentiellement sur la partie inférieure du corps (fesses, hanches, cuisses, genoux), tandis que chez les hommes, la graisse est essentiellement stockée au niveau du haut du corps (ventre, estomac, poignées d’amour).

  • La peau des femmes est plus fine que celles des hommes. Aussi, la cellulite tend à être plus visible chez ses dernières.

Phénomène très commun, inoffensif et majoritairement indolore, la cellulite est néanmoins jugée esthétiquement disgracieuse.




Les types de cellulite

Il existe différents types de cellulite, en fonction des causes sous-jacentes.

1- La cellulite aqueuse

À l’origine de la cellulite œdémateuse, une rétention d’eau dans les tissus, elle-même due à une conjonction de facteurs : l’hypertrophie des adipocytes associée à une insuffisance veino-lymphatique. Le corps est constitué à 70% d’eau environ, qui se répartit pour deux tiers dans les cellules, et pour un tiers entre les cellules ou dans les vaisseaux sanguins. L’organisme régule naturellement la filtration, l’absorption et l’évacuation de l’eau. Cependant, il arrive que cette régulation ne se fasse pas correctement et que l’eau reste « piégée » au niveau des tissus. C’est le phénomène de rétention d’eau. Or, lorsque les cellules graisseuses sont hypertrophiées, elles ont tendance à accentuer ce phénomène, en bloquant davantage l’eau au niveau des tissus. Résultat : un état inflammatoire lié à une stagnation de fluide et de toxines dans les tissus… et l’apparition de cellulite aqueuse. À préciser qu’elle peut toucher toutes les femmes, y compris les plus minces.

La cellulite aqueuse se reconnaît à :

  • Un aspect naturellement gonflé de la peau (œdème)

  • Des sensations de lourdeurs, particulièrement au niveau du bas du corps – cuisses, jambes, chevilles

  • Des fourmillements et impatiences

  • Des hématomes inexpliqués

  • Son aspect souple et peu douloureux

  • La cellulite aqueuse est donc une cellulite indolore, visible (effet gonflé), due à un excès d’eau dans les tissus.

2- La cellulite adipeuse

La cellulite adipeuse est molle et indolore. Elle est visible à l’œil nu et est accentuée par un léger pincement de la peau. Elle touche principalement les femmes en légère surcharge pondérale. Toutefois les femmes minces peuvent également en être porteuses.

Ce type de cellulite est essentiellement dû à un stockage excessif de graisse dans les lobules adipeux. En cause : une alimentation trop riche associée à une dépense énergétique trop faible. Les graisses, absorbées en excès, vont être stockées par les adipocytes qui, sous la surcharge, vont gagner en volume – jusqu’à 50 fois leur taille, voire se multiplier (principe de division cellulaire, ou mitose). La circulation des fluides vitaux (sang, lymphe, eau) va être entravée. Par conséquent les tissus vont s’enflammer et se déformer sous la pression. La cellulite adipeuse va apparaître.

  • La cellulite adipeuse est donc une cellulite non douloureuse, plus ou moins visible, due à un excès de graisse (alimentation trop riche et exercice physique trop faible).

3- La cellulite fibreuse

Il s’agit d’une cellulite incrustée, due à une rigidification des tissus conjonctifs (les fibres élastiques de la peau). Les fibres de collagène et d’élastine servent à fixer les cellules sur la peau et les muscles. Si ces dernières durcissent, elles « emprisonnent » les adipocytes et entravent leur vidange – de graisse et de toxines. La fibrose donne donc lieu à la cellulite fibreuse. À noter : ce type de cellulite peut être héréditaire, car la fibrose est une caractéristique génétique. La cellulite indurée est douloureuse au pincement, parfois colorée (due à l’état inflammatoire), dure à la palpation, profonde et difficile à éliminer. Elle touche toutes les femmes, minces ou rondes.

  • La cellulite fibreuse est donc une cellulite dure, incrustée, très visible, douloureuse et tenace.

4- La cellulite mixte

Les trois types de cellulite peuvent parfaitement coexister. Il n’est d’ailleurs pas rare d’observer une coexistence de cellulites aqueuse et adipeuse, ou de constater l’apparition de cellulite fibreuse chez des femmes originellement porteuses de cellulite adipeuse.


Les causes de la cellulite

Les causes de la cellulite sont multiples voici quelques précisions

1- Le facteur hormonal

Chez la femme, la cellulite apparaît à l’adolescence, lors de la puberté. Le corps de la jeune fille réglée, sous l’influence des œstrogènes et de la progestérone, va commencer à stocker des graisses, dans l’éventualité d’une grossesse et d’un allaitement. Par ailleurs, ces mêmes hormones vont encourager la rétention d’eau et de sodium. Les fluctuations hormonales ponctuant la vie d’une femme (menstruations, grossesse, ménopause), vont accentuer ce phénomène.

Outre les hormones sexuelles, d’autres hormones entrent en jeu dans le développement de la cellulite :

  • La prolactine: cette hormone, intervenant pendant la grossesse, a pour rôle de préparer les glandes mammaires à l’allaitement. Aussi elle encourage le corps à faire des réserves adipeuses et aqueuses, participant donc à l’hypertrophie des adipocytes et à la rétention d’eau.

  • Le cortisol: cette hormone dite « du stress » est naturellement présente dans le corps et permet de faire face aux imprévus du quotidien. Mais en situation de stress chronique, les glandes surrénales vont produire du cortisol en continu. Hors, un taux de cortisol élevé engendre une pression artérielle accrue, une détérioration du collagène cutané, une propension accrue à la rétention d’eau et au stockage de graisse.

  • Les hormones thyroïdiennes : elles jouent un rôle prépondérant dans le bon fonctionnement du métabolisme de base, entre autres dans le processus de lipolyse et dans la dégradation du sucre. Dans le cas d’une hypothyroïdie, la lipolyse ne se fait plus correctement et le corps va stocker des graisses, avec apparition de cellulite.

2- L’hérédité

De nombreux facteurs propices à l’apparition de la cellulite présentent un caractère héréditaire :

  • Le nombre, la taille et la localisation des adipocytes, qui varient d’un individu à un autre

  • La lipolyse, c’est-à-dire la capacité des lobules graisseux à se vidanger de leur contenu

  • La qualité du tissu conjonctif

  • L’insuffisance veino-lymphatique

3- L’âge

L’âge entraîne en général une intensification de la cellulite. En vieillissant, on observe différents phénomènes :

  • Circulation veino-lymphatique dégradée: les vaisseaux perdent progressivement tonicité et souplesse, si bien que la cellulite devient plus diffuse et à tendance à s’étendre aux genoux, voire aux chevilles – risque accru si la personne souffre déjà d’insuffisance veino-lymphatique.

  • Changement du terrain hormonal: la péri-ménopause est souvent synonyme d’hyperœstrogénie, si bien qu’on observe une flambée du stockage des graisses et une circulation sanguine et lymphatique ralentie. Le gain de cellulite à cette période est souvent important. Puis, après la ménopause, la production d’hormones sexuelles s’écroule. Aussi, les femmes vont avoir tendance à stocker des graisses au niveau du haut du corps. La cellulite peut apparaître au niveau des bras, de l’abdomen et du ventre.

  • Diminution de la fibrose: en vieillissant, le corps fabrique moins de collagène et d’élastine (protéines responsables de l’élasticité et de la fermeté de la peau). Les fibres élastiques étant plus rares et plus fines, la cellulite fibreuse va s’atténuer. Cependant, la diminution de collagène va également entraîner un relâchement cutané, si bien que l’aspect « peau d’orange » et la mollesse de la peau seront accentués.

4- L’insuffisance veino-lymphatique

Les personnes souffrant d’insuffisance lymphatique et d’un mauvais retour veineux sont particulièrement sujettes à la cellulite. En effet, le système veino-lymphatique est un vaste réseau de vaisseaux, qui permet de fournir nutriments, hormones, oxygène et graisses aux cellules, organes et muscles. D’autre part, le réseau lymphatique draine les excès de liquide et les déchets vers les organes d’élimination. Cependant, lorsque ce système ne fonctionne pas correctement, les tissus s’engorgent en eau et en toxines (rétention d’eau). Sous la pression et l’inflammation, la peau se déforme. Les capitons apparaissent.

5- L’alimentation

Une mauvaise hygiène alimentaire est l’une des causes prépondérantes de la cellulite. Un bol alimentaire trop riche en sel (favorisant la rétention d’eau), en graisses saturées et en sucre (provoquant l’hyper-insulinémie et la lipogenèse) va encourager le développement de la cellulite. Par ailleurs, si l’alimentation est excessive par rapport à la demande journalière d’énergie, le corps va tout naturellement stocker ce surplus, entraînant une surcharge des adipocytes en triglycérides et, par conséquent, l’apparition de cellulite.

6- La sédentarité

L’activité physique est nécessaire pour maintenir le bon fonctionnement du corps. Un mode de vie sédentaire va favoriser l’apparition de cellulite, pour plusieurs raisons :

  • Le sport – et, dans une moindre mesure, le mouvement – va permettre d’équilibrer la balance énergétique par la lipolyse. Plus la demande énergétique du corps est importante, plus la tendance à développer une cellulite est faible.

  • Une masse musculaire développée est gourmande en énergie – donc en calories. Le métabolisme de base « brûlera » plus de graisses, naturellement, et la cellulite sera moindre.

  • Bouger permet de relancer la pompe veineuse et la circulation lymphatique, impliquées dans l’apparition de la cellulite. L’immobilité (station assis ou debout prolongée) engendre au contraire une stagnation des fluides vitaux (voire une compression, pour la position assise), particulièrement mauvaise pour le corps et propice à la cellulite.

7- Tabagisme et alcool

Le tabagisme et la consommation d’alcool sont nocifs pour la santé, à maints points de vue. Le tabac entraîne des perturbations de la microcirculation. Il est vasoconstricteur, c’est-à-dire qu’il encourage la rétractation des vaisseaux sanguins. Si bien qu’il freine la bonne circulation des nutriments dans l’organisme et freine le bon drainage de l’eau et des déchets. Aussi il encourage la formation de cellulite. Quant à l’alcool, le sucre qu’il contient est transformé en graisse par le foie – des calories creuses qui sont immédiatement stockées par les adipocytes.

8- Les traitements médicamenteux

Certains traitements comme les contraceptifs hormonaux (pilule), les antihistaminiques ou les corticoïdes peuvent perturber l’équilibre hormonal et favoriser le gain de cellulite.


Les traitements de la cellulite


1- Mode de vie

Pour améliorer l’aspect de sa cellulite, il s’agit tout d’abord de repenser son mode de vie :

  • Adopter une hygiène de vie saine: sommeil réparateur, alimentation variée, exercice physique régulier, hydratation suffisante (eau).

  • Éviter les excès: alcool, cigarette, sucre, sel, malbouffe.

  • Privilégier les vêtements confortables et relativement amples, afin d’éviter la compression sanguine, et les chaussures plates, plus favorables au retour veineux.

  • Éviter les sources de chaleur (exposition solaire prolongée, bains très chauds) pour encourager la santé veino-lymphatique.

  • Privilégier les douches fraîches et terminer chaque douche par un jet d’eau froide pour stimuler le retour veineux.

  • Bouger régulièrement pour prévenir les postures statiques.

2- Nutrition

Revoir sa diète alimentaire est essentiel pour prévenir ou amoindrir la cellulite. L’alimentation doit être variée, équilibrée et ne doit pas excéder les dépenses énergétiques, sous peine d’encourager la lipogenèse.

Un bol alimentaire anticellulite idéal doit comprendre :

  • Des glucides complexes, tels que les produits céréaliers complets, car le corps à besoin d’énergie.

  • Des protéines maigres (viandes blanches, poisson) et des protéines végétales (légumineuses, soja), pour nourrir les muscles et le cerveau.

  • Des fruits et légumes, en les variant selon la saisonnalité et les envies.

  • Des fibres (fruits, légumes, légumineuses, noix), qui présentent l’avantage de diminuer la glycémie et d’éviter les pics d’insuline.

  • Des graisses de bonne qualité, comme les graisses polyinsaturées et les oméga 3-6-9.

  • Des produits laitiers, essentiels contre l’ostéoporose (qui touche particulièrement les femmes).

  • De l’eau, à raison d’1,5 à 2 litres par jour, afin d’hydrater correctement l’organisme et prévenir la rétention d’eau.

Les sucres, le grignotage, les aliments raffinés, les graisses saturées (charcuterie, fast food), le sel et l’alcool sont autant de « déclencheurs » de la cellulite.

3- Activité physique

Une activité physique et sportive régulière permet de limiter la survenue de cellulite. En effet, le sport permet de :

  • Maîtriser l’apport en calories et rétablir la balance énergétique du corps.

  • Augmenter son métabolisme de base. Les graisses du corps servent davantage à alimenter les muscles qu’à être stockées par les cellules adipeuses.

  • Activer la lipolyse et, par conséquent, booster la vidange de la graisse contenue dans les adipocytes.

  • Maintenir une bonne santé veino-lymphatique, les muscles venant masser les vaisseaux sanguins et lymphatiques, lors de l’activité physique.

  • Prévenir le vieillissement cutané et la dégradation des fibres élastiques de la peau, en partie responsables de l’aspect peau d’orange.

Les sports d’endurance (course à pied, vélo, natation) ont prouvé leur efficacité sur la cellulite. Néanmoins certaines activités sportives ludiques (zumba, aquagym), bien-être (Pilates, yoga) ou d’intensité (Hiit, Crossfit) sont également excellentes contre la cellulite.

De manière plus générale, toute activité physique, même la plus minime, sera bénéfique à l’organisme. Les petits efforts quotidiens et une activité de marche journalière auront un effet positif sur la tonicité des muscles et la circulation des fluides vitaux.

4- Plantes

La phytothérapie, c’est-à-dire la thérapeutique fondée sur les principes actifs des plantes, peut être une aide dans le traitement de la cellulite. La prise de certaines plantes, dotées de propriétés drainantes, diurétiques, thermogéniques ou lipo-bloquantes, peut être intéressante à intégrer dans une routine anticellulite. Aussi, une consultation auprès d’un phytothérapeute ou une discussion avec un pharmacien spécialiste peut s’avérer bénéfique.

Les plantes s’administrent en général sous forme de tisanes, de poudres, de gélules ou de solutions à boire.

5- Massages

Une bonne hygiène alimentaire et une activité physique régulière sont rarement suffisantes pour éliminer complètement la cellulite. En effet, le corps féminin étant programmé pour stocker des graisses, la vidange des adipocytes ne se produira que si elle est « physiquement » provoquée. Pour ce faire, différentes techniques de massage sont employées :

  • Le palper-rouler: effectué manuellement ou à l’aide d’une ventouse et d’une huile, il sollicite les couches inférieures de la peau et permet d’encourager la vidange des adipocytes, tout en désengorgeant les tissus de l’eau possiblement « stagnante ». Il est préconisé pour tous les types de cellulite.

  • Le drainage lymphatique: particulièrement efficace sur la cellulite aqueuse, il permet de relancer la pompe veino-lymphatique par une stimulation des ganglions lymphatiques et une relance du flux sanguin.

  • La pressothérapie: une technique de drainage mécanique (machine), qui vise à stimuler le retour veineux et dynamiser le système lymphatique.

  • L’hydromassage: un massage par l’eau (douce ou de mer), associant les bienfaits du massage et les propriétés thérapeutiques de l’eau.

6- Médecine esthétique et traitements médicaux

De nombreuses techniques ont vu le jour pour lutter contre la cellulite, mal des temps modernes et principal objet de complexes des femmes. Bien que naturelle, la peau d’orange est jugée inesthétique. Aussi, différents traitements médicaux sont aujourd’hui proposés.

  • Ondes de choc: ce traitement non-invasif vise à relancer la microcirculation, réduire la fibrose, stimuler la lipolyse et encourager la production de collagène.

  • Lipolyse laser: elle consiste à provoquer la lipolyse par la chaleur.

  • Electrostimulation: la stimulation électrique des muscles favorise la compression musculaire sur le réseau veino-lymphatique et permet une relance de la microcirculation.

  • Cryolipolyse: ce traitement consiste à propulser du froid sur une zone du corps afin de provoquer l’apoptose des adipocytes (c’est-à-dire la « mort » de certaines cellules adipeuses »).

  • Injections: elles portent le nom de mésothérapie, lipotomie ou morpholiposculpture, et consistent à micro-injecter des substances dans les adipocytes, afin de les faire disparaître.

  • Ultrasons : tout comme le laser, les ultrasons sont une technique qui vise à chauffer les adipocytes pour en activer la vidange.

  • Chirurgie esthétique: la liposuccion et le lipomodelage sont des interventions chirurgicales, qui consistent à aspirer les graisses excessives des tissus adipeux. Elles présupposent une anesthésie.

Les procédés médicaux visant à éliminer la cellulite sont plus ou moins efficaces. À long terme, cependant, la cellulite aura la fâcheuse tendance à se réinstaller, étant un phénomène naturel et inhérent à la nature du corps féminin.

Les solutions anticellulite

Outre les préconisations précédemment citées, le recours à la cosmétique peut également améliorer la qualité du derme et atténuer son aspect « peau d’orange ».

  • Les huiles essentielles de cèdre, cyprès, origan, romarin, géranium, genévrier ou citron, de par leurs propriétés veinotoniques, détoxifiantes ou diurétiques, permettent d’agir sur la cellulite. Elles s’utilisent de nombreuses façons : voie orale, diffusion, voie cutanée. Leur utilisation requiert néanmoins les conseils d’un professionnel.

  • Les huiles végétales naturelles permettent de faciliter les massages anticellulite. Mais elles sont également dotées de vertus raffermissantes, tonifiantes et nourrissantes susceptibles d’améliorer l’apparence de la peau, à appliquer à la main ou à l’aide d’une ventouse

  • Les massages avec ventouse vont permettre de décupler les effets des huiles. En effet, ils vont permettre une meilleure vidange des adipocytes (effet d’aspiration de la ventouse, qui mime le massage palper-rouler manuel) et favoriser le drainage de l’eau et des déchets vers les voies naturelles (effet lisseur ).

  • Les soins ciblés, qui font appel à certaines molécules « brûle-graisse », permettent d’améliorer la qualité de la peau et d’amoindrir la cellulite, à condition d’être appliqués régulièrement.

  • Une cure de compléments alimentaires naturels peut être bénéfique pour amplifier l’effet des soins topiques. Ainsi on agit sur la cellulite de l’intérieur et de l’extérieur. Ils vont permettre un meilleur drainage des toxines et de l’eau excédentaire responsables de l’effet peau d’orange.


Retrouvez tous nos articles pour être incollable sur la cellulite

https://www.feeminine-estheticienne.com/post/3-types-de-cellulite-comment-les-reconnaître

https://www.feeminine-estheticienne.com/post/les-différents-stades-de-la-cellulite


12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout